AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Constance de Montesquieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Constance de Montesquieu
Quasar
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 15/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Constance de Montesquieu   Ven 15 Oct - 21:39

________________________________
« ... Constance de Montesquieu
_________________________

    Spoiler:
     
    Arnistotle

      La famille de cette jeune femme faisait partie d’une caravane de gitans, le peuple voyageur. Ces gens étaient réputés pour leur constante joie de vivre, et leurs humeurs tout de même un peu belliqueuse. Baveux de nature, ils aimaient en mettre plein la vue aux gens en montant des spectacles et en paradant de ville en ville. Aimant leurs spectacles et leur art, le public était toujours très généreux, et le troc allait bon train. On revendait ce qui avait été volé à la halte précédente. Les enfants les plus jeunes, trop petits pour faire partie du spectacle officiel, allaient et venaient dans les rues en affichant des visages radieux et faisant quelques culbutes pour récolter quelques pièces, et quelques bourses au passage. Constance adorait la vie au sein de son groupe. Ils n’étaient pas méchants, ni vicieux. Ils n’étaient pas des assassins, seulement des voleurs et des artistes avec un talent incroyable. Leur peau, plus burinée que la plupart, déclenchait parfois quelques commentaires blessants, mais jamais au grand jamais ils ne déclenchaient des bagarres. Constance, elle ... Eh bien, elle aimait se chamailler avec les autres enfants. Mais quel enfant n’aime pas cela ? Les gitans aimaient les jeux et l’ivresse. C’est probablement de là que viennent les penchants douteux de la jeune femme aujourd’hui.

      À douze ans, ce qui marquait l’Arrivée dans le monde des grands dans son clan, les jeunes devaient accomplir quelque chose. Avant cet âge, ils n’avaient pas le droit de porter une arme, ni le droit de participer aux spectacles produits par les plus vieux. Le rite de passage consistait à un vol, un vrai. Pas simplement couper la bourse d’un passant en espérant qu’elle soit remplie. Non. Il fallait que l’enfant entre par effraction dans un domaine noble et vole ce qui serait son arme pour le reste de sa vie. Il ne devrait jamais s’en départir. Et il devait toujours s’agir d’une arme se portant à la ceinture : mais pas d’épées. Celles-ci étaient mal vues par le peuple voyageur. Aussi, elles étaient encombrantes et trop peu subtiles.

      Constance avait extrêmement hâte d’atteindre cet âge, et quand elle l’atteint, elle passa un mois à se préparer, à observer les domaines pour savoir dans lequel elle s’infiltrerait. L’aventure était risqué, à tous les coups. Car si l’on se faisait prendre, torturer ou autre, c’était de notre propre faute, et le clan ne revenait pas en arrière pour nous récupérer. Constance savait tout cela, mais elle était déjà animée de cette fureur d’être meilleure que tout le monde, et choisit un domaine très bien gardé. Elle se connaissait, connaissait ses capacités. Elle était agile, silencieuse, et plutôt forte pour une enfant de son âge. L’opération réussit, et elle vola à un homme un poignard d’une valeur inestimable dont le manche était serti d’un énorme rubis rougeoyant. Encore aujourd’hui, la jeune femme se perd dans la contemplation cette pierre : cela peut durer des heures. Elle revint chez elle, victorieuse, et elle put recevoir le sceau de son clan, la croix au creux des reins. Elle eut le droit de participer aux jeux, et à tout ce qui lui était interdit autrefois. Elle était adulte, maintenant.

      Les années passèrent, et le caractère de Constance se démarquait de celui du reste du clan, toujours avec autant de ferveur. La jeune femme ne tenait pas compte des reproches qu’on lui faisait, pas depuis qu’elle avait rencontré ce charmant jeune homme lors de l’une de ses nombreuses sorties nocturnes. Elle était farouche et fougueuse, elle devait l’être et en être fière, lui avait-il dit. Elle aimait ce jeune homme, de tout son cœur et allait le retrouver à toutes les nuits, quand la caravane s’arrêtait. Il lui suivait de ville en ville, et elle lui en était reconnaissante parce qu’elle n’avait pas envie de le perdre. L’homme ne lui dévoila jamais son nom durant le temps où ils se fréquentèrent, et elle ne lui avait pas non plus donné le sien. Le mystère et la passion les animaient l’un comme l’autre et ils étaient heureux ainsi. Mais le bonheur ne dura pas.

      Un jour, l’homme disparut. Et coïncidant avec sa disparition fut l’incendie qui ravagea le campement des gitans. Constance mit plusieurs semaines à se remettre du traumatisme, de la perte de son amant et de celle de sa famille. Personne n’avait survécu. Ou alors elle n’avait eu de nouvelles de personne. Elle avait alors près dix neuf ans. Elle quitta les montagnes et entreprit de voyager. Deux objectifs la guidaient. D’abord, perpétuer la mémoire de son peuple. La deuxième … obtenir vengeance. Pour elle, les faits sont là; c’est son ancien amant qui a tué les siens. Elle voyage de villes en villes en promenant ses numéros. Sa force ? Le dressage d’animaux sauvages.

      Ayant beaucoup voyagé, elle amène parfois avec elle des animaux exotiques que personne n’a jamais vu. Elle chasse, elle jure et joue dans les tripots comme les hommes. Sa présence choque souvent, ça et le fait qu’elle n’ait jamais perdu une partie de cartes. On dit qu’elle a la Chance de la Lumière, ou alors elle triche, ce qui vaut souvent des bagarres dans les tavernes.

      Les animaux qu’elle prend le plus de plaisir à dresser et qu’elle ne tue jamais sont les ours. Énormes, ils terrifient les gens et elle peut récolter un maximum de pièces avec ses numéros. Et ses bestiaux lui ont souvent évité de se faire tuer. Bien que sa plus grosse bête l’ait rendue borgne en jouant à la brute. Elle ne leur donne pas de nom, car ça ne sont que des bêtes, mais elle leur est très attachée. Les deux ours qu'elle traîne avec elle pour ses spectacles de rue sont plutôt petits, à peine plus grands qu'elle en position debout. Ce sont deux ours bruns tout ce qu'il y a de plus banal.

      Celui qu'elle appelle sa Grosse Brute, les gens ne l'ont jamais vu. Elle l'a trouvé de l'autre côté des montagnes, dans les cavernes de cette région désertique. Ça n'est pas un ours. Elle ne sait pas exactement ce que c'est. Elle sait seulement qu'elle l'a prit avec elle alors qu'il était un peu plus petit qu'elle, il y a quatre ans, et qu'en seulement quatre ans, il y a quadruplé de volume. (sa patte est plus grande qu'elle) Elle ne l'emmène pas près des villes, elle aurait peur qu'on veuille le lui tuer pour sa fourrure et ses ... enfin. Pour sa rareté. C'est lui qui l'a éborgnée alors qu'elle était en phase d'apprivoisement avec lui, squattant sa caverne et s'acharnant à lui inculquer qu'elle était peut-être plus petite que lui, mais qu'il serait à elle. Elle y parvint.

    _______________________________________



    • Âge : 24 ans
    • Lieu de naissance : Elle est originaire de Saratium. Sa famille vivait dans les montagnes.
    • Race : Quasar
    • Rang : Vagabonde - Chasseur - Dresseuse d'ours
    • Prédéfini ? []OUI [x]NON
    _______________________________________



    • Physique : Les femmes de Montesquieu ont toujours été renommées pour être magnifiques. Constance n'est pas d'accord car à ses yeux, tout sur elle est critiquable, à commencer par ses cheveux, bruns ternes. Sa soeur les avait blonds, et sont frères roux. Elle, il avait fallu qu’elle hérite de cette teinte sans teinte, de cette chevelure difficile à coiffer et impossible à tenir lisse si elle n’y passe pas au moins le peigne trois fois toutes les heures. Il y a aussi ses yeux qu’elle n’aime pas. Trop grands ou trop petits, elle ne le sait pas. Elle sait seulement qu’ils ne sont pas comme elle le souhaiterait et que leur teinte marron manque autant d’éclat que sa maudite chevelure brune sans teinte ! Elle a le teint bronzé, trop foncé pour qu’on la confonde jamais avec une noble ce qui, pour une fois, est bien la seule chose qu’elle ne critique pas : les nobles lui portent sur les nerfs avec leurs caprices. Il y a toutefois ses mains, qu’elle n’aime pas, non plus. Trop grandes, elles lui font penser à des mains d’homme. Sa poitrine est trop forte à son goût : plus petite et ses corsets seraient moins douloureux. ET son nez ! Dieu qu’elle le hait. Légèrement busqué, comme un bec d’aigle. Vous connaissez sans doute de ces gens chez qui le nez, au centre du visage, détruit toute illusion de beauté conférée par le reste des traits, traits qu’elle n’aime pas non plus, bien que sa mâchoire carrée et ses traits durs soient appréciés de plusieurs hommes. Ils ne le sont pas d’elle.
    • Signes particuliers : Elle a perdu un œil alors qu'elle dressait un ours. Elle porte un cache-œil en cuir sertie de fausses pierres précieuses. Elle a aussi un grain de beauté situé sur l’épaule droite, et porte toujours un poignard à la ceinture. Elle a une grande passion pour les jeux de hasard et la boisson.
    • 5 Qualités : Courageuse - Habile - Débrouillarde - Confiante - Fière
    • 5 Défauts : Têtue - Changeante - Parieuse - Désagréable - Arrogante
    • Caractère : Vous n’aurez jamais vu quelqu’un porter aussi mal son nom que Constance de Montesquieu. Loin d’être constante dans ses humeurs, elle est constamment en train de changer d’état d’esprit. Elle est capable de tenir trois conversations différentes en même temps, et toutes les trois avec des tons différents. On aurait pu croire que sa tendance à jouer la tête de mule aurait disparu avec les années mais non : Constance est toujours restée Constance. Elle n’a pas changé d’un poil. Têtue, elle ne lâchera jamais son bout de la corde, et ce même si elle sait qu’elle a tort. Elle déteste avoir tort. Humiliez la une fois et elle vous en voudra longtemps : en plus, ce n’est pas comme si elle manquait de temps pour éprouver de la rancœur; elle est libre comme l'air. Extrêmement fière, tout comme l’était sa famille, elle joue les paons, redressant le plumage pour qu’on admire sa personne. Oui, elle n’aime pas son physique, mais elle a appris bien tôt que c’était ce qu’on projetait de confiance qui était perçu par l’oeil des gens, et qui nous transformait à leurs yeux. Elle relève le nez devant les insultes, les affronts, et se plait à se donner en spectacle et à pérorer surtout lorsqu’elle est en présence de nobles. Ceux-ci, elle ne les aime pas du tout.

    • Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
    • Statut civil : Célibataire. Le contraire en étonnerait plus d'un.

      « ... Le sort en est jeté


    _______________________________________
  • Votre nom: Kyle
  • Âge: 20 ans
  • Comment avez-vous atterrit ici? Je sais pas hen ...
  • Des commentaires? *mange le forum*
  • Une question? Est-ce que tu arrives bientôt Nael ?

    _______________________________________

    L E . T E S T . D ' E N T R É E
    Spoiler:
     

_________________
[list]
Merci à Vivi de ET.[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaeru Rika
Ophidian
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 21/08/2010

MessageSujet: Re: Constance de Montesquieu   Mar 19 Oct - 12:01

Validé bout d'choux ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Constance de Montesquieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Tristan Montesquieu " Amour, Amitié, Colère, Haine. "
» Tristan Montesquieu : Le trophée caché par de nombreux voiles. (Finish)
» Claire Montesquieu
» Alòske Dominichen ap montre enferiorite yo, tande deklarasyon Rawoul Kastro.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saratium :: To Begin with ... ~ :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: